Judoclic et Le Guide du Judo Jujitsu   

HISTOIRE

De Jigoro à nos jours...

                                     L'HISTOIRE DU JUDO JUJITSU.

JIGORO KANO le fondateur du judo.

Jigoro Kano  à 18, 22, 30, 40, 61 et 77 ans (Cliquez pour agrandir)

 

Né le 28 octobre 1860 il fut un brillant universitaire et un haut fonctionnaire impérial.

Mince  et de petite taille il était souvent malmené par ses camarades étudiants. C'est ainsi qu'il décida d'apprendre le judo jujitsu qui avait pour réputation de permettre à son pratiquant de vaincre des individus plus lourds et plus forts qu'eux ce point.

Il commença donc à s'entraîner et parallèlement à réaliser une étude complète des différentes écoles de jujitsu. Il expérimenta les techniques, les essaya et ne garda que les meilleurs d'entre elles.

Il créa donc sa méthode de combat en 1882 qu'il nomma le Kodokan judo.

Dès l'origine il fit de cette nouvelle méthode de défense un véritable moyen d'éducation tant physique que moral.

De nombreuses maximes sont ainsi restées célèbres.

Il en va  ainsi des règles suivantes : « entraide et prospérité mutuelle », « minimum d'effort et maximum d'efficacité ». Il présenta sa théorie en soutenant que ces mêmes principes pouvaient s'appliquer non seulement à l'amélioration du corps, de la force physique et morale, mais aussi dans la vie professionnelle et familiale.

Il mit en avant la nécessité de coopérer et d' entretenir des relations respectueuses avec autrui.

 

JIGORO KANO fut directeur de l'école normale supérieure du Japon puis secrétaire du ministre de l'éducation nationale. Il fut aussi le premier japonais membre du CIO.

Le judo connu au Japon dès 1882 une progression fulgurante. Mais il dut attendre la fin de la seconde guerre mondiale pour s'affirmer sur le plan international. Ce nouveau sport de combat connu la consécration lorsqu'il fut inscrit au programme des jeux olympiques de 1972.

Il est incontestable que le fait que le judo soit devenu un sport participa à son extraordinaire popularisation. Il n'en reste pas moins qu'ils demeure originellement un art martial imprégné d'une forte philosophie et tradition.

 

 

L'implantation en France du judo fut amorcée dès 1889 avec la première démonstration JIGORO KANO à Marseille. Le premier club européen fut ouvert non pas en France mais à Londres  . Il faudra attendre 1908 pour assister à la première tentative d'implantation en France avec LE PRIEUR  . Mais il abandonna sa pratique faute de partenaires. Il fallut attendre 1935 pour voir s'implanter sérieusement le judo en France grâce à deux pratiquants : Me Kawaishi et Monsieur Feldenkrais.

 

 Monsieur Feldenkrais après avoir étudié le judo à l'étranger rencontra Me JIGORO KANO lors d'une conférence à Paris en 1936. C'est à la suite de cette entrevue vous qu'il créa en France le jujitsu club.

 

A la même époque à un groupe d'adeptes du jujitsu réunis par M. Mirkin firent venir un judoka japonais d'Angleterre : Me Kawaishi. Quelques mois après Me Kawaishi fonda son propre dojo, le club franco-japonais.

 

Dès 1936 le jujitsu club et le club franco-japonais   fusionnerent pour donner naissance aux jujitsu club de France dont Me Kawaishi prit la direction technique.

C'est à cette époque que l'on amorça réellement la progression du judo en France. Dès lors de nombreux club s'ouvriront dans toute la France même durant la seconde guerre mondiale. 

1943 : premier championnat de France de judo.

1946 : la fédération française de judo est reconnue officiellement grâce à l'engagement de MM. Bonnet et Maury.

1947 : création de la fédération française de judo définitivement détachée de la fédération de lutte.

1951 : premier championnat d'Europe à Paris.

1961 : championnat du monde organisé à Paris.

1964 : apparition pour la première fois du judo aux jeux olympiques de Tokyo en tant que sport de démonstration.

1967 : la fédération comprend 100 000 licenciés.

1972 : le judo est inscrit définitivement aux jeux olympiques en tant que discipline à part entière.

1978 : 300 000 personnes sont licenciées à la fédération française de judo.

1985 : la fédération comporte 400 000 licenciés.

1999 : le le seuil des 550 000 adhérents est atteint.

 

Le judo jujitsu.

 

Littéralement le terme de jujitsu signifie technique de la souplesse ( ju : souplesse, jitsu : technique).

Cet art martial regroupe l'ensemble des techniques qu'utilisaient autrefois les samouraïs lors de leurs combats à mains nues.

Le jujitsu comprend donc des coups ,ou atémis,des techniques de projection, des contrôles et enfin des étranglements et des clés.

Bien évidemment appliqué sans retenue un tel arsenal technique est très dangereux.

C'est pour cela JIGORO KANO élabora le Judo  ( voie de la souplesse) directement issue du jujitsu mais duquel il écarta toutes les techniques dangereuses (atémis ).

Dès lors il fit du judo une discipline éducative de perfectionnement moral et physique distincte de la méthode de combat guerrière radicale d'origine. Ainsi le judo put sans problème du fait de l'engouement populaire qu'il suscita dès l'origine, accéder au rang  de sport et devenir même dès 1968 sport olympique.

Toutefois, il ne faut pas oublier qu'il reste étroitement lié aux jujitsu et qu'il se complète parfaitement avec les techniques d'atémis notamment pour l'apprentissage de la self-défense.

Il reste que le judo et le jujitsu ne font qu'un même si la dérive du judo sportif, vitrine de notre sport , a nécessité quelques adaptations bien compréhensibles.

Depuis quelques années la fédération française de judo et disciplines associées accorde  de plus en plus d'importance au  jujitsu dans une démarche globale de retour aux sources du judo .

Les compétitions techniques ou duo-système suscitent un attrait croissant de la part des pratiquants. Il en va de même des combats ou Fighting-système. Mais ces derniers n'ont lieu que dans le cadre de compétitions internationales. En effet ils demandent une importante maîtrise technique des pratiquants pour éviter toute dérive vers des combats sauvages dangereux pour intégrité physique des protagonistes. Par ailleurs une telle pratique serait en décalage total avec l'image noble et sereine dont bénéficient le judo et notre fédération dans l'hexagone.

Précédent     Index